• Alcool…du Paradis à l’Enfer.

    Hier soir, j'ai regardé une émission qui traitait des jeunes et du rapport qu'ils entretiennent avec l'alcool. C'est vrai, qui n'a jamais été tenté ?
    Surtout à un âge où on peut se trouver facilement influençable, perdu par des troubles émotionnelles, à la recherche de soi ou alors inconscient des risques encourus.
    L'homme a souvent tendance à voir seulement le bon côté des choses, celui qui l'avantagera. Il y a cet aspect là dans l'alcool, ce truc là qui nous transporte dans un moment intense, où l'oublie et l'évasion de ce qui nous chagrinent, de la réalité du monde nous saisie. Rien n'est plus qu'euphémisme et euphorie.
    C'est tellement facile comme solution pour soulager l'âme. Moi aussi j'y ai goûté, à ce sentiment de force, à se laisser aller. Mais ce n'est qu'éphémère, l'euphorie laisse alors place à la réalité des choses, souvent à de nombreuses idées noires. On voudrait alors que ça recommence ; cela n'est au fond qu'un cercle vicieux.
    J'aime boire, comme beaucoup d'adolescents de mon âge, j'ai besoin de m'évader, d'oublier, peut-être aussi de franchir les interdits pour me sentir en vie et libre. Mais je serais toujours vigilante, je suis fragile et je sais que l'alcool n'est pas à prendre à la légère. Tout peut s'enchaîner très vite, une soirée, puis deux et trois, une canette au coin de notre placard... une habitude alors, mais le plaisir n'est plus le même, le plaisir est paradoxalement aussi synonyme de souffrance et de haine.
    L'addiction ruine une vie, on se retrouve vite seul avec sa bouteille, abandonner de sa famille, de ses amis, on se coupe de tout et cela n'entraîne notre mal qu'encore plus bas. On voudrait l'oublier, mais elle poursuit toujours, nous torture et nous fait croire que la saisir arrangera les maux. Ce n'est que se voiler la face ; on la désire, pourtant on finit par la maudire, elle qui nous prend tout, on ne veut pas en terminer une autre, mais on les voient s'enchaîner sous nos yeux désespérés.
    Mais, est-ce qu'on est vraiment maître de notre bon désir ? Non, on en est esclave car le désir est pervers et on s'y laisse facilement tenter. C'est tellement dommage qu'un plaisir ou des bons moments se transforment en enfer du quotidien à travers quelques jours ou quelques mois.
    C'est naïf et stupide de penser que ça peut arriver qu'aux autres, en chacun de nous ce cache un côté sombre, incontrôlable, notre insouciance et parfois plus forte que notre conscience...
    Ne laissons pas ce goût de Paradis devenir un Enfer, prudence.


  • Commentaires

    1
    Soledad
    Jeudi 8 Septembre 2005 à 18:48
    mais non
    on s'en fout puisque les alcooliques sont ceux qui ont du mal à être bourrée ! On est prédestiné à être alcoolique, on ne le devient pas.
    2
    Vie utopique
    Vendredi 9 Septembre 2005 à 17:03
    Je suis pas tout à fait d'accord
    Tu fais une généralité, tout dépend des personnes et des fateurs qui les ont emmenés à consommer excessivement.
    3
    Soledad
    Samedi 10 Septembre 2005 à 12:06
    on ne
    m'a dit ça, je n'ai pas vu le documentaire. Tu as sans doute raison, mais bon, tous les jeunes boivent et on ne sera pas tous alcooliques. Heureusement.
    4
    virginie
    Vendredi 1er Décembre 2006 à 15:49
    alcool:enfer ou paradis
    Salut je suis intéressée par ce reportage et je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de l'enregistrer quelqu'un l'aurait il fait et pourrait il me l'envoyer par internet? Si oui peut-elle me passer son mail via ce site je lui communiquerai le mien Merci bcp
    5
    Solaine
    Mardi 5 Janvier 2010 à 20:00
    woow
    Se que tu a écrit ma beacoup touché .. parce que mon père es vrm dépendan de lalcool... il a tout perdu , il vie sa vie dans la peine dans le confu.. a retourner en prison encor eplein de fois et dans sortir pour apres recommencer, Je sais qu'il voudrait arrêter mes il ne toruve pas les moyen, puis ces un homme TRES cultiver il aurait pu etre psycologue ,et autres .. il est encore tres instrui.. mais il gache sa vie :(
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :